L'impact des probiotiques sur la santé intestinale et les boiteries des volailles

BIOMIN Seminar: How Probiotics Affect Poultry Gut Health and Lameness"Les enterites necrotiques et les dysbioses sont les principaux défis auquels la filière volaille fait face depuis l'arrêt, en 2006, des antibiotiques facteurs de croissance dans l'Union Européenne" déclare Richard Ducatelle, professeur à l'Université de Gand, aux participants de la conférence "Les multiples facettes de la performance intestinale et des boiteries" organisée par BIOMIN à la Faculté de Médecine Vétérinaire de l'Université de Gand en Belgique, le 10 Novembre 2015.

Les enterites necrotiques, répandues chez les poulets de chair, coûtent annuellement 2 milliards de dollars à l'industrie mondiale. Les dysbioses ou dysbacterioses - charactérisées par un déséquilibre entre les bactéries bénéfiques et les bactéries indésirables - et l'hyperméabilité intestinale ou "Leaky Gut Syndrome" sont des maladies multi-factorielles avec de réels impacts sur la santé et les performances des volailles selon Gunther Antonissen de l'Université de Gant. "Les inflammations, les diarrhées, la litière humide, les troubles digestifs, la diminution du bien-être, les maladies et la baisse des performances sont tous associés à la perte de l'intégrité de l'épithélium intestinal" explique-t-il. Cependant, une formulation adéquate, une bonne gestion des pratiques et des additifs alimentaires peuvent influencer les performances intestinales. Le professeur Ducatelle ajoute que l'utilisation des prébiotiques associés aux probiotiques permet d'améliorer la protection de l'intestin.

"Des souches de bactéries bénéfiques issues de la volaille et pour la volaille resteront plus longtemps dans le tractus intestinal des oiseaux," explique le docteur Wael Abdelrahman, consultant technique chez BIOMIN. "Différentes souches probiotiques coloniseront différentes sections du tractus intestinal. L'association de plusieurs souches sera plus efficace que l'utilisation d'une seule souche probiotique" continue-t-il. Associer prébiotique et probiotique apporte davantages de bénéfices.

Combattre les boiteries BCO

Le professeur Robert Wideman de l'Université d'Arkansas a donné un aperçu des boiteries causées par le stress et les infections bactériennes chez les poulets de chair, en incluant des résultats de recherches sur la Chondronecrose Bactérienne avec Ostéomyélites (BCO). "La BCO est fréquemment la cause des boiteries aux Etats Unis et dans l'Union Européenne et affecte 1.5% des poulets de chair après 40 jours d'âge. Dans certains cas les épidémies peuvent toucher plus de 15% du lot" explique-t-il. Les résultats d'une étude montrent que PoultryStar® peut réduire de plus de la moitié l'impact des boiteries BCO indépendamment de la lignée génétique.

Gino Totté, Directeur de Panagro Health and Nutrition, a présenté les résultats d'une exploitation aux Pays Bas. Les performances et le retour sur investissement sont améliorés de 75% pour les exploitations de poulets de chair utilisant le PoultryStar®, il précise qu'"une réduction des boiteries causées par BCO s'accompagne de la diminution de l'utilisation des antibiotiques".

Les effets de Campylobacter

"Campylobacter n'est pas un micro-organisme commensal inoffensif" déclare le Professeur Tom Humphrey de l'Université de Swansea. "Il représente un problème international et a un impact direct sur la performance, la santé et le bien-être des poulets de chair." L'impact sur la santé humaine est également bien réel : d'après l'Organisation Mondiale de la Santé, Campylobacter est le premier pathogène issu de l'alimentation et dans 1% des cas des effets sur le long terme peuvent subvenir. Aujourd'hui peu connu, Campylobacter "deviendra un problème commercial et politique dès que les compagnies auront examiné le niveau de contamination des volailles de manière plus précise." Il mit en évidence le besoin d'effectuer plus de recherches pour mieux comprendre et contrôler Campylobacter.

"Une stratégie d'exclusion compétitive utilisant des symbiotiques dans l'alimentation (association d'un prébiotique et d'un probiotique) peut permettre de réduire la prévalence de Campylobacter chez les oiseaux" fit remarquer Luca Vandi, directeur marketing et commercial chez BIOMIN pour EMA. Il présenta les résultats d'une étude scientique montrant une diminution significative de la quantité de Campylobacter chez des poulets de chair recevant PoultryStar®.

Avec sa grande expérience scientifique dans la formulation des additifs alimentaires pour les animaux d'élevage, l'entreprise BIOMIN est devenue un leader de la performance intestinale et des probiotiques.

La conférence, organisée en partenariat avec les partenaires locaux de BIOMIN, Panagro Health and Nutrition, a rassemblé jusqu'à 100 acteurs de l'industrie de la volaille représentant 13 pays. Elle s'est cloturée sur la visite de la Faculté de Médecine Vétérinaire de l'Université de Gand.