Expert en volaille

Au cours des 25 dernières années, la production de volailles est le secteur qui a connu la plus forte croissance. Dans ce contexte, BIOMIN a recruté une solide équipe de spécialistes dans tous les domaines ayant trait à la production et à la nutrition de la volaille.

De par son étroite collaboration avec les industries de ce secteur, l'équipe BIOMIN a apporté des solutions pour répondre à ses engagements en termes de recherche et de développement afin de pallier aux problèmes actuels et émergents auxquels doit faire face ce secteur.

Présente dans toutes les régions du globe, l'équipe s'efforce de donner des conseils pratiques adaptés aux connaissances locales.

Bien que ce problème se rencontre à l'échelle mondiale, la mycotoxicose clinique n'est pas courante dans notre domaine d'activité. Cependant, des mycotoxicoses subcliniques, beaucoup plus répandues, peuvent affecter la volaille de différentes façons, notamment par une immunosuppression diminuant l'efficacité des vaccins, ou provoquant une stéatose hépatique, des nécroses buccales, de la crête ou du barbillon.

En savoir plus

Réduction du recours aux antibiotiques

L’utilisation des antibiotiques en productions animales commence à diminuer depuis quelques années. Cela s’explique par un changement des attentes des consommateurs et par la pression règlementaire. Il y a une tendance claire à la réduction et même à l’arrêt total de l’usage des antibiotiques en production animale.

En savoir plus

De nombreux facteurs influent sur la santé de l'intestin, et, par extension, sur le développement de l’animal. Une mauvaise qualité de l’aliment et de ses ingrédients peut avoir des effets délétères importants sur la santé intestinale, notamment s’ils sont porteurs de facteurs antinutritionnels, dont les mycotoxines font partie.

En savoir plus

La chrondonécrose bactérienne avec ostéomyélite (BCO) est provoquée par une infection bactérienne se développant au niveau de la tête fémorale, pouvant évoluer jusqu’à la nécrose. L'une des causes de cette maladie est la translocation d'éventuels microorganismes pathogènes de l'intestin vers la circulation sanguine, puis jusqu’aux articulations.

En savoir plus

La conservation des matières premières vise à réduire la contamination microbienne, la prolifération de moisissures, les processus d'oxydation, la production de toxines, la prolifération de ravageurs des céréales et leurs risques conséquents sur la santé. La conservation prévient aussi les pertes en apport nutritif subies par les matières premières.

En savoir plus

L’eau et l’aliment sont rarement cités comme pouvant nuire à la santé des animaux. Il s'agit pourtant des deux vecteurs principaux par lesquels les micro-organismes pathogènes pénètrent au sein de l'exploitation. Les aliments peuvent en effet être contaminés par de nombreux agents pathogènes qui ne sont pas nécessairement détruits lors du processus de traitement thermique des aliments.

En savoir plus

Entérite Nécrotique

L’entérite nécrotique est l’une des maladies les plus répandues et ayant le plus d’impact économique dans le monde. En effet environ 40% des lots de poulets de chair en sont atteints. Les symptômes cliniques peuvent causer des taux de mortalité de plus de 50%. Il a été estimé que cela coûte de l’ordre de 5 à 6 milliards de dollars par an à l’industrie du poulet à l’échelle mondiale. La forme sub-clinique est rarement détectée et n’est donc pas souvent traitée.

En savoir plus

Une augmentation des bactéries à Gram négatif dans l'intestin peut provoquer des diarrhées, ce qui entraine une baisse de qualité des litières et une inflammation de l'intestin. Ce phénomène a un impact négatif sur les performances, tant en termes de croissance, que d’efficacité alimentaire chez les poulets de chair. Il en résulte aussi des pertes au niveau de la production d'œufs chez les poules pondeuses et les poules reproductrices.

En savoir plus

La qualité de la coquille des œufs constitue un facteur économique important, tant dans le secteur des œufs à couver que dans le secteur des œufs de consommation. Certaines mycotoxines, comme l'ochratoxine A, peuvent affecter la fonction rénale en agissant sur la production de la vitamine D3 et donc, sur le métabolisme du calcium La qualité de la coquille peut être réduite, ce qui a pour conséquence un taux de casse supérieur et une diminution de l'éclosivité.

En savoir plus

Des questions sur ce thème ?